Babine

Publié le par JulieH

  Ma culture en matière de cinéma québécois est particulièrement limitée, mais je me soigne. Actuellement, j'en suis à cinq films visionnés, et je vais bientôt m'y remettre, parce que l'air de rien, j'aime ça.

  Cinq films, c'est bien assez pour un article, pas vrai? Alors ce soir, lecteur assidu, je t'invite à t'installer dans ton canapé pour regarder Babine. Clique pour regarder la bande annonce...

  

 

  "Babine, c'était un rêveur de minuscule qui récoltait juste l'incroyable." Incroyable, c'est l'un des mots qui me vient à l'esprit quand je pense à ce film. Ensuite viennent les mots tendresse, merveilleux, conte, drame et injustice. Mais de quoi ça parle? L'histoire de Babine a pour décor Saint-Élie de Caxton, à une époque où le temps est la propriété du curé, et où le curé est le personnage le plus important du village. Des personnages, il y en a quelques uns : un barbier toujours ivre, une commère qui est enceinte depuis vingt ans, parce que le seul moyen pour elle de ne plus avoir d'enfant, c'est de ne pas accoucher du dernier, une guérisseuse qu'on appelle la Sorcière, et puis un inventeur rêveur qui élève des mouches.

  L'histoire commence avec Babine, sa naissance un soir d'orage, un soir sans date aussi, parce qu'aucun signe astrologique ne veut de lui. Sa mère, la Sorcière, l'élève avec tout l'amour du monde, tandis que l'inventeur, Toussaint Brodeur, fait office de parrain protecteur. Babine est l'idiot du village, mais un idiot qu'on aime, parce que chacune de ses paroles sont autant de rêves qu'il nous offre. Et quand l'église part en fumée, avec le Vieux Curé resté coincé à l'intérieur, ton coeur se fend, tout comme celui des habitants. Et parce qu'un malheur ne vient jamais seul, le nouveau curé, qui se révèle être un fanatique, accuse puis condamne à mort Babine... 

  Babine, c'est un film merveilleux, des images sublimes, une musique qui invite à rêver, et surtout une panoplie d'acteurs québécois dont les regards et les sourires font fondre les coeurs. Sorti dans les salles obscures en 2008, il réunit Vincent Guillaume Otis (Babine), Alexis Martin (le nouveau curé), la très belle Isabel Richier (la Sorcière), Luc Picard (l'inventeur) et Marie-Chantal Perron (l'épouse de l'inventeur) qui a tenu le rôle de Mademoiselle C. Écrit par Fred Pellerin, conteur québécois, et réalisé par Luc Picard (oui, le même qui joue l'inventeur!).

  Babine, c'est un conte merveilleux (je crois que c'est la troisième fois que j'écris ce mot) à regarder tout seul ou en famille. Quelle que soit l'humeur du moment, c'est sûr, lorsque le mot "fin" s'inscrit à l'écran, ton coeur, lecteur assidu, et ton sourire seront ceux d'un enfant de cinq ans...

Publié dans Cinéma québécois

Commenter cet article

Caféine 27/02/2011 06:45



Je suis québecoise et moi-même j'ai une culture de notre cinéma plus que limité. Cependant, j'ai adoré ce film. Sinon, je peux te recommander Elles étaient cinq, l'Audition (réalisé par Luc
Picard, le type qui joue Toussaind dans Babine....D'ailleurs, tu peux bien jeter un oeil à ses films, c'est un acteur que j'aime bien perso) qui n'est pas si mal. J'aime bien Tout est parfait
aussi mais le son est très mauvais donc même pour un québecois c'est pas si facile à comprendre. Mais, évidemment, aucun de ces films ne ressemblent à Babine...On a pas fait grand chose d'autres
dans ce genre là à ce que je sache (et c'est bien dommage)



JulieH 27/02/2011 07:14



Merci pour la liste de films, je vais la garder précieusement et les regarder bien vite. Et puis même pas peur avec les accents québécois, mon oreille s'y fait bien!


Bonne nuit :)