Et pendant ce temps...

Publié le par JulieH

... dans la tête de Julie.

  J'ai de la chance. Arriver ici et avoir un joli petit réseau social me permet de bien vivre le changement de vie. Bien sûr, ma meilleure amie me manque, et j'aurais aimé aller lui voler son virus en buvant un chocolat chaud chez elle tandis que le pays est à moitié inondé. Évidemment, j'ai eu un gros pincement au coeur de manquer les 4 ans de mon filleul, et les quelques mots échangés au téléphone avec lui ne sont définitivement pas suffisants. Surtout quand on tombe en pleine crise de larmes, et qu'il faut se résoudre à rappeler le lendemain pour souhaiter un bon anniversaire. Mais la vie continue, et on s'adapte.

  J'ai de la chance, parce que je cherche un emploi et que deux personnes aujourd'hui m'ont transmis des annonces. On pense à moi, et je trouve cela rassurant. Croyez-le ou non, mais j'ai postulé pour un poste de chargé de projet pour la Commission du patrimoine religieux du Québec. Le profil me correspond totalement, et le poste a l'air totalement trippant. Ceux qui me connaissent un peu le savent, les églises sont mes grandes copines et le patrimoine est mon cheval de bataille. Je croise les doigts pour avoir des nouvelles positives, sans pour autant me projeter dans mon futur bureau. Après tout, je ne dois pas être la seule postulante.

  J'ai de la chance parce qu'à peine deux semaines après mon arrivée, et malgré un programme très chargé en matière d'activités diverses, chéri-chou et moi sommes sur un appartement à Trois-Rivières. La réponse devrait tomber demain ou mercredi, et nous sommes à la fois impatients et très énervés, parce qu'il nous plait le maudit.

  J'ai de la chance parce que depuis mon arrivée, je suis accueillie par Beau-Papa et Belle-Maman, et qu'ils me chouchoutent. Et c'est important, quand on change de vie, d'avoir des repères, voire une deuxième famille. Je commence à faire partie des meubles, bien que le déménagement nous guette. Du moins on l'espère.

  Bien sûr il me manque encore les visages familiers du quotidien : la boulangère, le facteur, la caissière ou encore la propriétaire de la Saucisserie. Quoique... Elle a eu un petit sourire la dernière fois, un sourire de ceux qui disent "Bonjour toi, on s'est rencontrées il y a peu". Tout cela viendra, petit à petit.

  En gros, tout va bien. Les choses se placent progressivement, à un rythme qui me convient. Entre recherche d'appart, recherche d'emploi, visites chez les amis, sorties diverses et travail à la maison, le temps s'écoule tranquillement. Il ne manque qu'une bonne chute des températures suivie d'une tempête de neige, et ça sera le paradis au pays des caribous...

Publié dans Divers

Commenter cet article

Laurent 13/01/2011 16:32



Content que ça se passe bien. Et à quand l'article sur Alex-le-chat-blond ?