Les urgences au Québec

Publié le par JulieH

  http://imados.fr/history/8/3/5/george-clooney-urgences.jpgPour toi, lecteur assidu, et parce que je ne reculerai devant rien pour te faire partager mes expériences de vie au Québec, j'ai testé... les urgences à Trois-Rivières!

 

  Alors on ne s'affole pas : Georges Clooney n'était pas au rendez-vous, et les urgences n'étaient pas pour moi, mais bien pour Chuchu qui a choppé une très mauvaise grippe. Or donc, que fait-on quand on est en voyage, qu'on n'a pas de médecin de famille et qu'on est suffisamment malade que pour se dire "Nom de Zeus, l'aspirine ne suffit pas"? On opte pour deux options :

 

  1) Appeler le 811 et demander conseil au téléphone

  2) Se rendre aux urgences, en ayant pris soin d'embarquer de quoi passer le temps (bouquin, console, oreiller, jus d'orange, tricot, etc etc)

 

  C'est donc l'option 2 que nous avons sélectionnée pour Chuchu, bien assomé par une grosse fièvre et une nuit merdique. Nous sommes le 31 décembre, il est 16h quand nous arrivons. À l'entrée, et partout dans le couloir, du gel désinfectant pour se laver les mains... vous savez, ce fameux savon sec qu'on vend maintenant partout et qui, sous son emballage sympa et pratique, vous permet de développer un véritable TOC qui consiste à vous laver 45 fois les mains sur la journée. Et puis des panneaux : "Vous toussez? Faites preuve de civisme, portez un masque". Chuchu n'a pas fait preuve de civisme, et ne s'est donc pas cantonné dans ses microbes. Non. Chuchu, il a appris a partager, et plutôt que de verser dans l'égoïsme, il préfère partager avec ses nouveaux amis la joie de la grippe. Chuchu est généreux!

 

  Après s'est désinfectés de façon approximative (on s'entend que mettre les mains dans ses poches, c'est foutre en l'air le travail du savon anti-bactérien), il est temps de passer par la case tri. Chuchu s'installe donc sur un petit siège pour attendre son tour auprès de l'infirmière, qui n'a pas le tour de poitrine des Femmes en blanc, non. La proximité avec les autres futurs-patients incite à l'échange de microbes, tandis qu'on attend, calmement, son tour... qui arrive assez vite. Chuchu entre, et chéri-chou et moi, heureux parents de substitution, nous patientons dehors en pariant sur le degré d'urgence. Celui-ci est évalué en 5 catégorie , allant de P1 à P5, P5 étant le risque de mort imminante, P1 étant l'état dit "pas de bol" qui vous permet d'attendre longtemps avant d'avoir une consultation.

 

  Il faudra une bonne demi-heure à Chuchu pour sortir de chez l'infirmière qui, entre temps, a géré l'arrivée d'une ambulance et tout ce qui s'en suit. Aux urgences, il faut être patient avant de devenir un patient. Quant au spectacle... Il n'y en a pas vraiment. Exit les images des séries télé où des futurs-cadavres entrent sur une civière, baignant dans leur sang avec un docteur en train de leur comprimer une plaie tandis qu'un secouriste tient un baxter en l'air tout en faisant un bilan au chirurgien qui se promenait dans le coin. Exit Georges Clooney et Docteur Mamour qui passeraient l'air de rien pour prendre en charge un patient dont la mine étrangement macabre attirerait son attention. À vrai dire, je n'ai pas vu un seul médecin... En réalité, ils sont tous planqués dans les coulisses, derrière des portes qu'un fièvreux et ses parents adoptifs ne franchiront jamais, sauf s'ils prennent la place de Georges dans la pub et se mangent un piano sur le coin du crâne (un peu douloureux pour une visite touristique des urgences, non?)

 

  Mais revoici notre courageux Chuchu, toujours dans le coltard. Direction l'enregistrement : on veut bien de lui aux urgences, le voici mis sur une liste d'attente. Il n'a plus qu'à s'asseoir et... patienter. Il est un peu plus de 17h quand nous le quittons. A minuit et demi, après les traditionnels verres destinés à enterrer 2010 une bonne fois pour toute, nous prenons un taxi, chéri-chou et moi, parents raisonnables que nous sommes, pour retourner aux urgences, où notre fils patiente toujours. Il n'a pas vu de médecin, et on lui annonce que, le toubib de garde étant tout seul ce soir, il ferait mieux de rentrer et de revenir demain. Bilan : Chuchu a passé plus de 8h aux urgences pour qu'on lui donne 2 cachets et qu'on lui prenne deux fois le pouls et la température (qui a baissé, rassurez-vous, d'ailleurs ce soir Chuchu va beaucoup mieux!).

 

  Moralité : si j'ai une grippe, c'est lit, dodo, aspirine, et jus d'orange. Et surtout pas d'urgences, où je risquerais de chopper une pneumonie parce que mon siège était trop près de celui d'une personne qui, faisant preuve d'incivisme, n'avait pas mis de masque. Patienter sans avoir un Docteur Mamour sous les yeux? Hors de question!

Publié dans Divers

Commenter cet article

Letizia 17/01/2011 18:04



Et en plus, ces saloperies d'hôpitaux, ça vous coûte un rein !



JulieH 19/01/2011 01:33



Hm Nathan a, a priori, été remboursé ^^



Gre 02/01/2011 10:09



Pauvre chuchu... n'empèche il m'aura fait rire de bon matin ^^