Une page de météo

Publié le par JulieH

  Bonjour lecteur assidu! ça fait longtemps, pas vrai? Mon expérience québécoise tourne au ralenti depuis mon retour de Belgique : le mémoire me bouffe du temps, temps que je ne passe pas à jouer à la touriste-reporter... 

  De retour de Belgique donc, où j'ai goûté les joies des 18°C. Du coup, l'arrivée à -5°C et les journées à -10°C ont étrangement été difficiles à vivre. En gros, j'ai froid. J'ai survécu à -30°C, j'ai pêché sur la glace en plein mois de janvier, j'ai fait de la raquette par -22°C, et là, il fait 5°C et je caille. D'ailleurs,  je porte deux pulls à l'intérieur, mais j'ai quand même froid. A croire que mon corps refuse de se ré-adapter aux températures du début du printemps québécois.

  Pourtant, le printemps est bien là. Le soleil brille, la neige disparait progressivement du paysage, et les oiseaux sont de retour. Il va falloir que je trouve un site sympa ou que je remette la main sur le bouquin de Chéri-chou pour faire connaissance avec ces nouvelles espèces et faire plein d'articles pour t'instruire sur le sujet.

  Le printemps, c'est aussi la fin de l'hiver (yeah Julie t'as tout compris!). Ne te moque pas, lecteur assidu, ici, ça constitue pour beaucoup un soulagement, car l'hiver est long. Personnellement, pour avoir vécu un double hiver (commencé tôt en Belgique et terminé tard au Québec), c'est surtout le fait de m'installer sur une terrasse pour prendre le soleil qui me manque. Et puis de voir un peu d'animation dans les rues, désertées à la période froide. Le froid en tant que tel est supportable (en temps normal, je n'ai pas froid, c'est la Belgique qui m'a virussée à coups de soleil), la neige l'est tout autant (ils sont vraiment efficaces pour déneiger ces Québécois), et le manque de lumière ne s'est pas fait ressentir (avec le rayonnement du soleil sur la neige, c'est coup de soleil garanti. A ce sujet, j'en ai pris un lors de mon passage à la cabane), c'est la durée qui l'est moins. Le Québécois (et ses amis belges) a envie de sortir dans les rues sans ressembler à Binbendum, de flâner dans les parcs, de pêcher sur l'eau, de visiter des choses, bref d'en finir avec les tuques et les mitaines pour sortir les chandails légers.

  Nous sommes sur la bonne voie. Le printemps s'amorce, en route vers le beau temps! Le Québec est décidément bien fichu en matière de saisons...

Commenter cet article