Shopp... euh... magasinaaaaaaaage!

Publié le par JulieH

  Bonjour lecteur assidu! Tout d'abord, laisse-moi te remercier de tes visites presque quotidiennes. Hier, toi et 35 de tes amis êtes passés lire quelques uns de mes écrits, et ça fait chaud au coeur! Merci également pour les petits commentaires, ici et ailleurs. Ce sont de vrais encouragements à poursuivre mon compte rendu, et, ô miracle, après plus d'un mois, je n'ai pas lâché la machine (les plus assidus se souviendront que mon premier blog a duré exactement 3 jours).

  Pour toi, lecteur assidu (et un peu pour moi aussi), je suis allée faire un peu de magasinage avec chéri-chou. Car oui, ici, on magasine, on ne fait pas du shopping, on magasine. Et c'est à Joliette que nous sommes partis faire des emplettes. Les objectifs étaient multiples, puisqu'il me fallait impérativement deux pantalons, et que nous voulions trouver des idées déco pour notre futur appartement.

  Côté fringues, on retrouve quelques enseignes qui font penser à la Belgique... à mon plus grand désespoir. C'est apparemment universel, la mode chez Henriette&Marguerite est atroce, et ici aussi, le magasine se révèle être un temple du mauvais goût. Malheureusement, Henriette&Marguerite déteint sur les boutiques voisines, et c'est donc une série de vitrines paillettes, strass, rayures, jeans troués et décolletés-jusqu'au-nombril qui s'est présentée sous mes yeux dépités. Car il va sans dire que le style Lunettes Rouges est plutôt classique, avec une touche de fantaisie et un brin de couleurs. Résultat, au lieu de rentrer dans 25 boutiques, mes pieds ont foulé seulement trois magasins... 

  Dans les boutiques jeunes (je passe le sujet des boutiques de fringues classiques où, si j'y fais des achats, je ressors avec trois rides en plus), il y a un avantage non négligeable : il y a aussi du linge pour vous, messieurs. Laissez-donc courir vos gazelles tandis que vos petites mains tripotent des vêtements aussi flashy que ceux de votre blonde. Car oui, même si les rayons hommes sont un peu moins fournis que ceux de ces dames, les boutiques sont, pour la plupart, mixtes. Fini donc de pleurer devant le manque de choix!

  Ai-je vu des choses fun? La réponse est oui. Les fanas de t-shirt kitch et drôles seront ravies de savoir que vous pouvez trouver votre bonheur pour pas cher. A ce sujet, j'ai tout de même fait l'acquisition de deux pantalons et d'un pull pour la somme absolument faramineuse de 58$ (43€ taxes comprises)! Bon, ok, on est en période de réductions, l'après-fêtes est propice aux affaires et mon pull n'a coûté que 10$, mais quand même, waouw! Les prix, sans rabais, restent malgré tout assez compétitifs par rapport à ma Belgique natale. Il reste néanmoins un domaine que je n'ai pas exploré, c'est celui des chaussures. C'est l'affaire de quelques semaines (jours?). En attendant, et c'est extrêmement bon pour le moral, sachez que je taille du 11 en pantalon. Les prix sont petits, les tailles aussi, et on crie youpie!

http://www.homehardware.ca/products/300/38200421.jpg  Après avoir donc enfin trouvé de quoi me couvrir les fesses (parce que j'ai osé partir un an au Québec avec exactement trois pantalons et que l'un d'entre eux a fini sa vie le 31 décembre 2010), Chéri-chou et moi sommes partis en quêtes d'idées déco. Et là, c'est un véritable piège à dépenses dans lequel nous nous sommes fourrés. Heureusement, pour contrer l'ennemi, nous avons sorti bics et papier pour noter les idées sans dépenser (en gros, c'est comme avant les soldes : on fait un tour de repérage, on sélectionne, et on revient plus tard). Ceci dit, nous avons tout de même été happés par le géant du pas-cher-pas-cher, Wally-le-Martyr, où on peut passer une journée à se perdre dans les rayons. Parce que chez Wally, lecteur assidu, tu peux faire tes courses de la semaines, trouver une nouvelle robe, une laveuse, un ordinateur, de quoi aménager ton appartement, faire ton jardinage et refaire les peintures, sans compter sur les jouets pour les enfants, les magazines, la musique, les bouquins, etc etc. Chéri-chou y a même déjà acheté un bonsaï. On trouve donc tout, pour pas cher, mais avec le pas cher vient évidemment le pas-de-service-après-ventre-va-te-faire-voireuh. Bref, y a de tout partout, et le jeu est de trouver la sortie du labyrinthe sans achat. Nous, on l'a joué stratégique : plutôt que de revenir se frotter à Wally, on a acheté : une cafetière chromée super assortie à mon grille-pain-Canadien-de-Montréal, des mitaines pour le four, une horloge top kitch et deux oreillers pour nos futures nuits à Trois-Rivières. Bref, on est rentrus, on a vu, on a vaincu et on est repartus!

  Combien de temps pour tout ça? Les galeries de Joliette sont suffisamment grandes que pour nous avoir volé plus de trois heures de notre après-midi. C'est donc l'estomac creux et les pieds en feu que nous avons repris la voiture pour ramener notre butin à la maison, des idées déco plein la tête... Et parce qu'au Québec, le magasinage est un véritable sport aussi fatigant qu'une bonne heure de course, qu'avons-nous testé en premier? Les oreillers!

Publié dans Virées au grand air

Commenter cet article