Super-dépanneur à la rescousse!

Publié le par JulieH

  Au pays des pack de bières et de l'alcool qu'on amène avec soi lorsqu'on est invité à un "party" (Oyez oyez loi 101 te voilà bafouée!), le dépanneur est le demi-dieu des têtes en l'air qui ne voient pas l'heure passer...

  Contrairement à la Belgique, au Québec, il y a toujours un commerce ouvert jusqu'à 22h dans les parages, soit à maximum 30 minutes de route de la maison. C'est une sacré chance pour celles et ceux qui ne veulent pas se farcir les courses le samedi matin entre le petit déj et le brunch chez l'arrière-grand-oncle (quoique si brunch il y a, on a tendance à sauter le petit déjeuner. Probablement pour manger plus chez tonton. Le québécois est un vil gourmand qui sait préparer son estomac à la réception d'une assiette impressionnante débordant de bonnes choses... voire même de sa petite soeur). Bref, j'en reviens à mes commerces tandis que défilent dans ma tête les beans au lard, les omelettes gigantesquement épaisses et le bacon croustillant. Miam. 

  Faire son épicerie à 20h, c'est donc possible. Affronter un frigo vide tandis qu'une fringale vous prend à 21h, c'est gérable. Courir jusqu'à 22h dans les allées d'un supermarché, c'est fait. D'ailleurs, je trouve ça bien plus agréable. Il n'y a personne, pas un caddie obstruant les deux côtés d'un rayon, et aucune petite vieille penchée sur le présentoir des poissons. Joie, bonheur, délice de faire ses courses tranquillement. Pas de queue (de castor!) à la caisse, pas de stress à tout emballer. Mais, car il y a toujours un "mais" dans les jolis tableaux que je dresse (tu commences à le savoir, lecteur assidu!), il faut une voiture. Et parfois une longue route. 

  *Mise en situation*

  Il est 22h, et les trois bières que tu viens de boire dans la dernière demi-heure (eh soiffard) rendent dangereux le projet de prendre la voiture pour filer à l'épicerie la plus proche en espérant qu'elle ne soit pas fermée. Que te reste-t-il, lecteur assidu? Le bon vieux dépanneur!

  (Nom d'un caribou, que cette introduction au sujet fut longue!)

  A portée de pied, il y a toujours un dépanneur pour te sauver! Petit commerce appelé "Night & Day" en Belgique* (nom très mal choisi soit dit en passant, tous les belges se sont déjà trouvés devant un Night & Day fermé à 21h...), le dépanneur et son tenancier sont, souvent, une oeuvre d'art qu'il convient de contempler avec toute la zenitude de l'aventurier qui ne perd pas de vue son but ultime : la quête du saint pack. Sagement installé derrière un comptoir dont la propreté est très approximative, sur lequel sont disposés en vrac deux bananes, une poignée d'arachides, des bonbons, des papiers, des messages, un téléphone et la caisse, le dépanneur te salue de sa voix de boutonneux à peine pubère. Bah oui, y a des étudiants qui travaillent là, et on s'entend que certains gars ont parfois du mal lors de la transition 16-ans-boutonneux/18-ans-je-suis-un-homme (d'ailleurs j'en connais qui, à 25 ans, ont la même tête que quand ils en avaient 16. Et c'est là que le "tu n'as pas changé" devient une insulte). Bref, le post-ado lance un "salut", et tu lui réponds parce que même si l'endroit est un peu pouilleux, tu as soif et il est ton demi-dieu. Et te voilà dans la jungle des caisses mal empilées, mal ordonnancées, mal étiquetée, zigzaguant entre les parois de bières ainsi créées, priant pour ne rien accrocher au passage (sac à main à exclure), cherchant la marque la moins pire, à défaut de trouver la meilleure. Une fois la caisse repérée, tu l'embarques, tu payes, et tu files loin de cet endroit étrange où tu aurais très bien pu aussi trouver une pinte de lait dans le frigidaire du fond, quelques petites choses à manger, des softs et autres petites choses typiques qui dépannent bien!

  Y a-t-il un second "mais" dans ton article, Julie? Bien sûr, lecteur assidu! Sache qu'au Québec, la loi interdit la vente d'alcool passé les 23h. Il vaut donc mieux être paré à l'avance, ou prévoir son coup et ne pas hésiter à te coller un rappel sur le cellulaire pour ne pas laisser passer l'heure. Sur ce, je m'en vais envoyer Chéri-chou, mon aventurier du dépanneur, chercher une... ah... non. 23h passées. Zut.

 

 (*) Ce petit sigle & s'appelle une esperluette. Et voici un nouveau mot dans ton vocabulaire, lecteur assidu! Merci, les mots croisés québécois!

Commenter cet article